chat qui regarde par la fenêtre avec un bouquet de tournesols. Image libre de droit de chez Pexels.com
Conseils / astuces

5 conseils pour un air intérieur plus sain.

Nous passons jusqu’à 90% de notre temps dans des espaces clos dont l’air intérieur est en moyenne 5 fois plus pollué que l’air extérieur. En effet, il existe toutes sortes de polluants dont les origines peuvent parfois surprendre ou simplement être sous-estimées. Ces polluants ont un impact sur notre santé pouvant dans certains cas être graves voir mortels. Aujourd’hui, je vous donne donc quelques conseils pour améliorer la qualité de votre air intérieur à travers ces gestes simples.

Image ornement du blog Alcôve&Shade

Tout d’abord, d’où vient cette pollution ?

Quelles en sont les causes ?

via GIPHY

Selon l’ADEME, il faut tout d’abord prendre en compte 3 facteurs de causes à effets : Les matériaux, les équipements et nos activités. Voici une « petites » liste des polluants fréquents dans nos maisons rangés dans ces 3 catégories.

LES EQUIPEMENTS :

  • Chaudière mal entretenue et/ou de mauvaise qualité
  • Cheminée et poêle mal entretenus
  • Ventilation et climatisation mal entretenues
  • Chauffage d’appoint
  • chauffe-eau à gaz

Ce sont généralement des émetteurs de polluants chimiques : Dioxyde de carbone (CO), oxyde d’azote (NO) et dioxyde de soufre (SO2). Elle peuvent empoissonner et dans certains cas extrêmes provoquer la mort. Selon l’ADEME, on compte en moyenne 4000 français par an ayant été victime d’empoisonnement au dioxyde de carbone ( dont 100 décès).

LES MATÉRIAUX :

  • Peinture, vernis, colle
  • Papier-peint
  • Ameublement en bois collé
  • Textiles, tissus, tapis, matelas
  • Isolants
  • Revêtements de sols en PVC

Emetteurs de COV et COSV ( composants organiques volatils et semi volatils). Parmi ces composants ont retrouve souvent le formaldéhyde, le phtalate, l’éther de glycol, des hydrocarbures ( dont benzène, par exemple ) et même des pesticides pour les meubles en bois.

NOS ACTIVITES :

  • Tabagisme
  • Produits ménagers et produits d’entretiens.
  • Produits de bricolages
  • Bougies, encens, désodorisants, et autres parfums d’intérieurs
  • Cuisson
  • Produits cosmétiques, parfums
  • Les Animaux (allergènes)
  • Plantes allergènes, pesticides et engrais
  • La poussière de l’aspirateur
  • L’humidité
  • Nos poubelles
  • Machine à laver et sèche-linge
  • Les émanations de nos voitures et/ou moto dans le garage

Tout comme les matériaux, nos activités libèrent des COV et COSV dans l’air ambiant dont formaldéhyde, hydrocarbure, éther de glycol,…etc. S’ajoute à cela les polluants chimiques pour tout ce qui concerne le tabagisme, la gazinière et les émanations des véhicules dans le garage.

De plus, force est de constater que la pollution de l’air intérieur est surtout causée par nos activités du quotidien et c’est justement cette catégorie que nous sous-estimons le plus, à tort. Alors que c’est flagrant finalement!

Vous pouvez évaluer gratuitement la qualité de votre air intérieur via ce questionnaire élaboré par le ministère de la transition écologique. Je vous encourage à le faire, car à l’issu du questionnaire, vous aurez des conseils personnalisés pour améliorer l’air de votre intérieur.

Si vous voulez en savoir plus sur les polluants et leurs effets sur notre santé, vous pouvez aller consulter ce dossier PDF rédigé par l’ADEME

Image ornement du blog Alcôve&Shade

5 conseils pour un intérieur plus sain

1. Aérer tous les jours

Vous le savez déjà, je m’en doute bien. Mais ce n’est pas toujours automatique. L’idéal est d’aérer 2 fois par jours pendant 10 minutes en été comme en hiver. Cependant, nous avons souvent tendance à ne pas ouvrir pendant l’hiver par peur de surconsommer. Or, c’est surtout en hiver qu’il faut aérer car nos logements sont plus « humides » pendant cette période. Selon ENGIE, « ne pas aérer pendant l’hiver augmente la consommation d’énergie » car une habitation humide est plus difficile à chauffer.

Image ornement du blog Alcôve&Shade

2. Limiter l’usage de produits d’entretiens

via GIPHY

Les produits d’entretiens représentent une sacré source de pollution de l’air ambiant. En effet, ces produits ménagers peuvent être corrosifs, allergisants, irritants, inflammables et explosifs ( en démontrent les pictogrammes). Ils représentent un sérieux danger (souvent insoupçonnés) pour l’environnement et pour la santé. Beaucoup de produits utilisés dans la vie quotidienne émettent des COV ( composants organiques volatils ) ainsi que des HAP ( hydrocarbure aromatique polycyclique ). Pour n’en citer que quelques uns : les détartrants, décapants, détergeant, détachants, la javel, insecticides,…

Par conséquent, l’ADEME conseille de ne pas surdoser ni de mélanger les produits entre eux ( comme la javel et le détartrant ). Aussi, évitez l’usage de désinfectant car il serait la cause d’infections respiratoires chez les enfants. Privilégiez le nettoyage à la vapeur et les chiffons microfibres. Par exemple pour les vitres, imbiber de l’eau chaude sur un chiffon microfibre ou 100% coton est plus efficace qu’un produit d’entretien. Car ce dernier graisse et laisse des traces sur les miroirs et vitres.

Heureusement, il existe des alternatives naturels pour nettoyer chez soi comme le savon noir, le bicarbonate de soude, le vinaigre blanc, le citron ou encore le nettoyage à l’eau tout simplement.

Toutefois, vous pourriez préférez des produits du commerce ça peut se comprendre. Privilégier dans ce cas les produits labellisés écolabel, écodétergent, nature et progrès…etc. Pour plus d’info rendez-vous ici.

Consultez ce dossier PDF rédigé par l’ADEME pour plus de renseignements sur les produits d’entretiens et leurs
Image ornement du blog Alcôve&Shade

3. Ne pas fumer dans la maison

via GIPHY

Pour les fumeurs, c’est le premier polluant présent dans leur logement et de loin la plus mauvaise pour la santé. En effet, sa fumée émet des composants chimiques (oxyde d’azote, formaldéhyde, hydrocarbure,…) responsables de cancers, allergies, maladies cardio-vasculaires,…etc. Egalement, de petites particules de fumées se déposent sur les textiles ( tapis, rideaux, canapé, vêtements,…) qui émettent continuellement en plus de dégager une odeur nauséabonde.

Image ornement du blog Alcôve&Shade

4. Eviter les parfums d’ambiances

via GIPHY

Les bougies, les encens et les désodorisants sont des comportements à risques pouvant être évités facilement. On se dit souvent qu’une odeur fraîche et fleurie ne peut pas être nocive…c’est une idée reçue. Les bougies parfumées par exemple libèrent du formaldéhyde qui est une substance connue pour être cancérigène. En cas d’exposition longue, on peut constater des effets comme des irritations oculaires, des maux de têtes et des grattements à la gorge. Mais quand est-il des bougies naturelles ? Elles seraient moins dangereuses certes mais l’action de la combustion émet autant qu’une bougie classique. Alors, si vous êtes vraiment fan de bougies, n’utilisez que des bougies naturelles végétales comme NAO par exemple.

Image ornement du blog Alcôve&Shade

5. Ne faites pas confiance aux plantes vertes

via GIPHY

En effet, l’idée que les plantes sont dépolluantes est fausse car elle n’est pas prouvée scientifiquement. L’expérience sur laquelle certains sites internet se basent pour affirmer cela est celle de Bill Wolverton. Elle a été réalisée pour une navette spatiale avec des plantes pourvues d’un procédé qui oblige l’air à passer par les plantes. Le programme Phytair (lancé en 2004) a refait ces expériences dans les conditions propre à nos logements. Ils ont découvert que les plantes n’ont aucun impact significatif sur le renouvellement de l’air intérieur.

Voilà !

Tiphanie Salmon

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *